Image texte

L’équipe IRIS étudie la physiopathologie des syndromes d’ischémie-reperfusion dans le cœur, le rein et le cerveau, en combinant des approches fondamentale, translationnelle et clinique.

Notre stratégie s’articule principalement autour de 3 axes :

  • Imagerie multimodale de la mort cellulaire et de l’inflammation,
  • Mécanismes moléculaires de l’ischémie-reperfusion : mort cellulaire, métabolisme et inflammation,
  • Mécanismes moléculaires, ingénierie du conditionnement, de la préservation d’organes et de détection de biomarqueurs.

Présentation de l'équipe IRIS

Malgré les importants progrès thérapeutiques réalisés aux cours des deux dernières décennies, les pathologies ischémiques telles que l’infarctus du myocarde ou l’accident vasculaire cérébral (AVC) restent une des premières causes de mortalité dans le monde. Du fait du vieillissement de la population et de la progression des facteurs de comorbidité tels que le diabète, l’obésité ou l’hypertension artérielle, cet état de fait devrait se prolonger voire s’aggraver au cours des prochaines décennies.

L’ancienne équipe 5 « Cardioprotection » du laboratoire CarMeN, fondée par le Prof Michel Ovize, s’est développée au cours des 20 dernières années autour des cardiopathies ischémiques. Plus récemment, notre équipe a étendu son expertise aux pathologies ischémiques cérébrales et rénales grâce aux recrutements d’experts de ces domaines.

Notre nouvelle équipe IRIS (Ischemia-Reperfusion Injury Syndromes), créée par l’HCERES en janvier 2021, rassemble un groupe de recherche fondamentale et un groupe de recherche clinique, qui conduisent ensemble un ambitieux programme de recherche translationnelle.

 

Le groupe de recherche clinique

Image bloc Le groupe de recherche clinique
Cardiologie
Image bloc Le groupe de recherche clinique
Neurologie
Image bloc Le groupe de recherche clinique
Néphrologie

Le groupe de recherche clinique se compose de cardiologues, neurologues, néphrologues, chirurgiens et anesthésistes-réanimateurs travaillant sur plusieurs hôpitaux des Hospices Civiles de Lyon. Son objectif principal est de conduire les essais cliniques testant l’effet de molécules thérapeutiques sur les syndromes d’ischémie-reperfusion en collaboration avec le Centre d’Investigation Clinique de Lyon. Ce groupe a acquis une solide expérience pour la mise en place et la conduite d’essais cliniques de type preuve de concept, multicentriques, randomisés, contrôlés, aussi bien que des études de phase III valorisées par des publications de haut niveau et des contrats institutionnels hospitalo-universitaires (FHU, IHU, RHU).

Image texte Le groupe de recherche fondamentale

Le groupe de recherche fondamentale

Le groupe de recherche fondamentale se compose de chercheurs INSERM et CNRS, d’universitaires et de cliniciens-chercheurs couvrant un très large éventail d’expertise allant de la biologie moléculaire et la biophysique à la physiopathologie humaine en passant par l’imagerie médicale et l’expérimentation in vivo.

Ces 2 groupes travaillent de concert pour donner naissance à la recherche translationnelle selon deux approches complémentaires : « de la paillasse au patient » et « du patient à la paillasse ».

Voir nos principaux objectifs

Dans l’approche « de la paillasse au patient », les résultats de recherche fondamentale sont obtenus sur nos modèles in vitro et in vivo puis peuvent mener, in fine, à des essais cliniques chez l’Homme comme ce fut le cas pour la Cyclosporine A dans le traitement de l’infarctus du myocarde, de l’arrêt cardiaque, de l’accident vasculaire cérébral et de l’ischémie rénale.

Plus récemment, la seconde approche, « du patient à la paillasse », a été mise en place dans l’équipe. Elle vise, dans un premier temps, à exploiter les bio-banques (conservées au Centre de Ressources Biologiques Neurobiotech de Lyon) formées de prélèvements sanguins et tissulaires de patients présentant une pathologie ischémique, et à identifier des marqueurs pronostiques et diagnostiques d’intérêt. Dans un second temps, la pertinence de nos modèles animaux est testée et adaptée pour vérifier qu’ils reproduisent les variations observées chez le patient. Enfin, un projet de recherche fondamental est créé pour comprendre comment l’expression de ce marqueur, et si le ciblage pharmacologique précoce de sa voie de régulation, pourrait permettre d’identifier une cible thérapeutique d’intérêt.

Mots clefs

– Ischémie-reperfusion, lésions de reperfusion, infarctus du myocarde, arrêt cardiaque, accident vasculaire cérébral, syndrome cardio-rénal, syndrome cardio-métabolique, inflammation, conditionnement, hypothermie thérapeutique, biomarqueurs, bioénergétique, pore de perméabilité de transition, calcium, réticulum endoplasmique, mitochondrie, MAMs, calcium, cardiomyopathie diabétique

Partenaires financiers

Donner pour la recherche

Nous développons des stratégies préventives et de nouveaux traitements pour une meilleure prise en charge des patients. Les chercheurs comptent sur vous !

Supporter la recherche